Le Club Rugby

Infos, Résultats et Transferts. Le rugby par Le Club Rugby.

Top 14 - Toulouse : JB Elissalde, « Les joueurs étaient les chefs »

Jean-Baptiste Elissalde est revenu, pour la première fois, sur la saison toulousaine / Icon Sport

Jean-Baptiste Elissalde est revenu, pour la première fois, sur la saison toulousaine / Icon Sport

Invité par L’Équipe à réagir sur son départ et la saison du Stade Toulousain, le désormais ex-entraîneur des arrières haut-garonnais, Jean-Baptiste Elissalde, a assuré que, finalement, « les joueurs étaient des chefs ».

Évincé alors qu’il restait une année dans son contrat, Jean-Baptiste Elissalde, enfant de Toulouse, est revenu sur la saison de son équipe. Il est également revenu sur son éviction orchestrée par Didier Lacroix, nouveau président du Stade Toulousain. « Le fait d’être seul à payer la mauvaise saison du Stade Toulousain ? On le vit jamais bien. Surtout après quinze ans. C’est une remise en question de ta légitimité et de tes compétences. Débute-t-il avec le journal L’Équipe avant d’évoquer la décision qui fût cruciale pour son avenir. Les discussions ne sont pas tombées au meilleur moment, puisque René Bouscatel allait arrêter et Didier Lacroix n’était pas encore officiellement président. Il y a eu un peu de flottement, ç’a duré un bon mois et demi. Et, au 18 juin, à la reprise de l’entraînement, mes vacances étaient prolongées. »

Quinze ans de bons et loyaux services remerciés d’un coup de baguette alors que le Stade Toulousain vient de connaître une saison catastrophique. Une année expliquée par le manque d’implication des joueurs. « Je me souviens d’un stage à Canet-en-Roussillon en fin de saison 2016. J’arrive là-bas et je retrouve une équipe en mode stage de présaison pour tisser du lien, mais certainement pas pour préparer une phase finale. Les joueurs étaient les chefs ! La rentrée 2016-2017 arrive et on repart sur les mêmes bases avec le résultat que chacun connaît (12e du Top 14). »

 

« Je crois que c’était un problème mental »

Jean-Baptiste Elissalde à L'Équipe

Pourtant, Toulouse était l’une des équipes les plus fortes offensivement. Elle était dans les cinq premières à entrer dans les 5 mètres adverses. Une prouesse remarquable marquée surtout par le manque d’efficacité des joueurs puisque le Stade Toulousain n’a concrétiser que… 22% de ses offensives. « Est-ce qu’on partait de trop loin ? Était-ce physique ? Je crois plutôt que c’était un problème mental. On n’avait pas assez de caractère. Au Stade, on “jeu de mains, jeux de Toulousains“, une jolie formule… Notre jeu la saison dernière a été pensé pour être attractif (…). Sans manquer de respect à nos garçons qui ont toujours essayé, il te faut des joueurs pour jouer ce rugby. »

Un constat lucide d’une saison manquée. Le Stade Toulousain s’apprête à vivre un nouveau chapitre de sa vie avec à sa tête Didier Lacroix et des recrues de premier choix. À voir si la sauce prendra assez rapidement ou si l’effet sera inverse.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article