Le Club Rugby

Infos, Résultats et Transferts. Le rugby par Le Club Rugby.

Fusion : Jacky Lorenzetti se sert du Qatar, à mauvais titre, pour justifier la fusion

Thomas Savare et Jacky Lorenzetti a l'annonce officielle de la fusion, lundi / Thomas Samson, AFP

Thomas Savare et Jacky Lorenzetti a l'annonce officielle de la fusion, lundi / Thomas Samson, AFP

Président du Racing 92, Jacky Lorenzetti a décidé de se servir du Qatar pour justifier le rapprochement entre son club et celui du Stade Français qui, depuis lundi, on été annoncés comme fusionnés. Problème, cette utilisation de QSI n’est qu’un mirage…

Certes, Qatar Sports Investisment (QSI) était intéressé par le rachat du Stade Français Paris quand Thomas Savare n’écartait pas la possibilité d’une vente. La vente d’un club qui brasse des millions à perte et qui ne satisfait plus la famille Savare et sa société Oberthur. Mardi, dans les locaux de France Info, Jacky Lorenzetti justifiait cet intérêt du Qatar comme étant « une concurrence qui aurait pu être faussée. » Seulement, un problème se pose aux affirmations du patron francilien… Les Qatariens, s’ils avaient bien eu l’intention de racheter le Stade Français, ont décidé de ne plus porter d’intérêt au rugby et ce depuis de nombreux mois. Ils avaient lâché l’affaire au détriment du Basket qui, pour eux, était une meilleure solution afin de brasser de l’argent. Une communication de la part du président du Racing qui est mal pensée et Thomas Savare en a bien conscience. Malgré tout, il reste tapis dans l’ombre et ne s’exprime toujours pas malgré la colère de son club qui a décidé de se mettre en grève.

En fait, c’était juste pour essayer de ramener beaucoup de titres…

L’idée de contrer QSI en s’approchant du Stade Français pour créer ce qui serait l’une des plus grandes équipes d’Île de France est en fin de compte un plan sacrément machiavélique mené d’une maître par Jacky Lorenzetti. Son but étant de ne pas avoir une équipe rivale pleine de moyen pouvant se payer jusqu’à quinze Dan Carter. Il a mené sa mission et, pour l’heure, il l’a réussi. Reste à savoir quelle position prendra la Fédération Française de Rugby sur cette fusion, elle est aujourd’hui la seule a pouvoir poser son droit de véto et tout faire capoter. Au plus grand bonheur des joueurs et des supporters, au plus grand malheur des deux patrons, en quête de fonds élevés pour régner sur la planète rugby France et ramener de nombreux titres dans les vitrines des équipes les plus vieilles de l'Hexagone.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article