Le Club Rugby

Infos, Résultats et Transferts. Le rugby par Le Club Rugby.

LNR : Paul Goze se fait fusiller de tous les côtés

Paul Goze est sous le feu des critiques depuis quelques temps / Icon Sport

Paul Goze est sous le feu des critiques depuis quelques temps / Icon Sport

Disons-le franchement, depuis que Bernard Laporte est à la tête de la Fédération Française de Rugby, Paul Goze est critiqué de toute part par ses actions, ses propos. Aujourd’hui encore, sa présidence est encore mise en doute après l’annonce du report des matches de Montpellier et de Castres.

Récemment, le président de la Ligue Nationale de Rugby, Paul Goze, avait fustigé Mourad Boudjellal pour ses propos. Le président varois n’a pas manqué de réponse puisqu’à travers un communiqué, le patron du Rugby Club Toulonnais a réagit aux derniers propos du président de la LNR. « Sur votre décision de report de matchs, il est évident que celle-ci ne peut être justifiée par l’urgence de la force majeure. Bien que les Règlements Généraux de la LNR précise des cas de force majeure, celle-ci fait l’objet d’une définition constante par trois critères cumulatifs. Elle doit être imprévisible, irrésistible et extérieure. Le seul critère qui pourrait être retenu est l’imprévisibilité. Mais ce n’est pas le cas puisque vous étiez au courant de la situation. Et si vous décidiez de le retenir, ce serait une preuve d’incompétence puisqu’il n’était pas difficile de prévoir huit jours avant les turbulences que cette fusion allait provoquer. Sinon, à croire que les joueurs n’ont plus de respect pour leur club et que l’amour du maillot n’a plus de sens, que les salariés peuvent être baladés de structure en structure et être victimes de calculs réducteurs comme 45 + 45 = 45. » Peut-on notamment lire dans le courrier envoyé au président de la Ligue, des propos tenus par Mourad Boudjellal.

Mais ce n’est pas tout. Car si Mourad Boudjellal a adressé un long courrier à Paul Goze, le président montpelliérain, Mohed Altrad, est lui aussi monté au créneau concernant le report du match qui n’était pas forcément nécessaire dans l’urgence. « La décision de reporter la rencontre a été prise par le Bureau de la LNR sans aucune concertation avec le MHR, imposée dans la précipitation, la veille du match, au soir. Or, si les joueurs du Stade Français s’étaient mis en grève en milieu de semaine, ceux du Racing 92 ne l’étaient pas. Rien ne laissait présager l’annulation de la rencontre. Rien ne la justifiait. Cette absence de dialogue, provoquée par l'inconséquente, avortée fusion entre le Racing 92 et le Stade Français, s’apparente à un manque de respect, ne peut qu’être préjudiciable et créer d’inutiles tensions dont le refus de se présenter à la réunion de ce mercredi 22 mars comme les récentes menaces publiques à l’encontre de M. Mourad Boudjellal en sont la désastreuse illustration. Il nous semble, dans ces conditions, qu’une réflexion s’impose sur le mode de gouvernance et sur le fonctionnement de la LNR. Il appartient, selon nous, aux clubs professionnels de l’engager, en vue notamment d’apporter plus de concertation et plus de transparence, d’accroître la représentativité de toutes les sensibilités de la famille du rugby et de collaborer efficacement et en parfaite intelligence avec la FFR pour permettre au rugby français de retrouver les premiers rôles. »

On attend forcément la réponse de Paul Goze mais, pour l’heure, sa présidence fait beaucoup parler. Son « copinage » avec Jacky Lorenzetti, président du Racing 92, ne passe pas auprès des présidents et ils le font savoir. 

Lire aussi >>> Le communiqué de Montpellier

Lire aussi >>> Le communiqué de Toulon

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article