Le Club Rugby

Infos, Résultats et Transferts. Le rugby par Le Club Rugby.

Merci pour tout, "Titi" !

AFP

AFP

A la veille de son dernier match en tant que rugbyman professionnel, Le Club Rugby a souhaité rendre un hommage plus que mérité au capitaine toulousain, Thierry Dusautoir. Âgé de 35 ans, le troisième ligne emblématique du XV de France a écrit l'histoire du rugby français, tant en club que sous le maillot frappé du coq.

12 ans de carrière, une coupe d'Europe, un Tournoi des VI Nations et 5 titres de champion de France suffisent à mesurer l'impact qu'a eu notre "Titi" national à l'échelle du Rugby mondial. Alors oui certains diront qu'il manque une Coupe du Monde à tout cela, et c'est vrai que la finale de 2011 (perdu 8-7 face aux All Blacks) nous laisse à tous un goût amer, mais qu'importe.

Thierry Dusautoir, capitaine malheureux de la finale de la Coupe du Monde 2011 / AFP

Thierry Dusautoir, capitaine malheureux de la finale de la Coupe du Monde 2011 / AFP

Revenons plutôt 4 ans avant cette date, le 6 octobre 2007, jour où le monde du ballon ovale s'apprêtait à découvrir un jeune phénomène français qui gagnera très vite son surnom de "Dark Destroyer". Nous sommes en quarts de finale de la Coupe du Monde, et bien loin d'être favoris face à nos fidèles ennemis néo-zélandais. Mais voilà, un certain Thierry Dusautoir, auteur d'un essai et (notamment) de 38 plaquages a emmené le XV tricolore vers un exploit inespéré et une qualification en demi-finales sur le score de 20 à 18. C'était le début d'une nouvelle ère pour le jeune français, qui deviendra par la suite le capitaine indiscutable chez les Bleus.

6 Octobre 2007, la naissance du "Dark Destroyer" / SIPA

6 Octobre 2007, la naissance du "Dark Destroyer" / SIPA

Après avoir décroché (mais en y contribuant finalement assez peu) deux Brennus avec son premier club professionnel, le Biarritz Olympique, la natif d’Abidjan file du côté de la ville Rose en 2006, où il décrochera 2 ans après son premier titre de champion de France avec les Rouge et Noir, face à l’ASM Clermont (26 à 20).

Si 2009 sera une année « blanche » au niveau palmarès, les trois suivantes resteront gravés à jamais dans la mémoire du troisième ligne. En 2010, il réalise un incroyable doublé H Cup (Champions Cup aujourd’hui) et Grand Chelem au Tournoi des VI Nations. "Titi" est alors à l’apogée de sa carrière.

Les Tricolores, savourant leur Grand Chelem lors du Tournoi des VI Nations 2010 / AFP

Les Tricolores, savourant leur Grand Chelem lors du Tournoi des VI Nations 2010 / AFP

L’an d’après, il décroche une nouvelle fois le Brennus, atteint donc la finale de la Coupe du Monde mais aussi et surtout, il est élu meilleur joueur de la planète après ses performances toutes plus incroyables les une que les autres au cours de l’année. En 2012, il gagne avec le Stade Toulousain son 3ème Brennus (le 5ème de sa carrière) et réalise une nouvelle grande année sur le plan personnel.

Tiherry Dusautoir a été l'auteur du seul essai français en finale de la Coupe du Monde 2011 / Icon Sport

Tiherry Dusautoir a été l'auteur du seul essai français en finale de la Coupe du Monde 2011 / Icon Sport

Enfin, il dépasse symboliquement en 2014 le monument Fabien Pelous au nombre de capitanats en Bleu (43), chiffre qu’il portera à 56 avant de mettre un terme à sa carrière internationale le 4 décembre 2015, laissant un réel vide derrière lui. Thierry Dusautoir est incontestablement un des plus grands monuments du rugby mondial et est un vrai exemple pour de nombreux jeunes rugbymans, tant au niveau sportif qu’au niveau humain.

Comme tu le dis si bien, ce sport a "littéralement changé ta vie", toi tu as changé celle du rugby français. Merci pour tout et longue vie à toi.

"Titi" dispute en 2015 son dernier match international, qui se soldera par une lourde défaite face aux All Blacks / Icon Sport

"Titi" dispute en 2015 son dernier match international, qui se soldera par une lourde défaite face aux All Blacks / Icon Sport

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article